Ports et désenclavement territorial : le cas de l’arrière-pays du port de Cotonou

Publié le 29 décembre 2017 /

Thèse de Messan LIHOUSSOU

Date de la soutenance : 7 juillet 2014 à l’Université du Havre Normandie.

Titre de la thèse : Ports et désenclavement territorial : le cas de l’arrière-pays du port de Cotonou.

Directeur : Benjamin Steck.

Résumé de la thèse : Cette thèse étudie la capacité d’intégration des ports et corridors ouest-africains dans les grandes chaînes de la logistique mondiale. Elle s’appuie sur l’étude de cas du port de Cotonou et du corridor Cotonou-Niamey, pour montrer leur rôle comme outil de développement économique à la base, de structuration spatiale et de l’intégration régionale. Le port de Cotonou dessert un arrière-pays commun aux principaux ports ouest-africains, incluant trois Etats enclavés, le Niger, le Mali et le Burkina-Faso), ce qui le contraint à évoluer dans un environnement très concurrentiel. Efficacité, coûts, délais et fiabilité sont déterminants dans la décision de choix d’opérer dans ce port. La planification de réseau rail-route permet d’optimiser les flux échangés avec ces pays. Ce réseau multimodal contribue au désenclavement de l’arrière-pays du port, en améliore son ancrage grâce à la localisation optimale de terminaux intérieurs. Cependant, par-delà les impératifs économiques dominants, cette thèse vise à évaluer les impacts du corridor Cotonou-Niamey sur les populations et les territoires, suivant une approche beaucoup plus humaine, approche qui permet de proposer une meilleure compréhension des concepts de « corridor » et d’ « arrière-pays ».

Auteur

  • Messan LIHOUSSOU
  • Titre

  • Ports et désenclavement territorial : le cas de l’arrière-pays du port de Cotonou
  • Directeur

  • Benjamin STECK
  • Date de soutenance

  • 07/07/2014
  • Lieu

  • Université du Havre Normandie