Fanny Jedlicki
Sociologue, spécialisée dans les questions de reproduction sociale familiale, de mobilités géographiques et d'éducation.

Le statut de ce compte utilisateur est Approuvé·e

Sociologie de la reproduction sociale

Sociologie de la famille

Sociologie des migrations

Sociologie du travail et des risques psychosociaux

Sociologie de l'enseignement supérieur

Sociologie du genre ; sociologie des mobilisations

ATTOLs - Archipels, Territoires et mObilités famiLiaLes - (ANR, 2018-2022) - Ined 

Il s'agit d'analyser la mobilité intra et extra territoriale des populations de la Polynésie française dont l’organisation du territoire se caractérise par une triple spécificité : sa structure archipélagique, une macrocéphalie urbaine tahitienne et un statut national ultra périphérique conjugué à une position de relais dans l’économie monde. En nous appuyant sur l’examen de l'organisation des familles et des trajectoires de mobilité des individus qui les composent, nous souhaitons identifier les mécanismes à l’origine de la mobilité ou au contraire de l’immobilité des populations sur le territoire polynésien. Notre objectif est notamment d’évaluer le rôle de l’implantation des services publics (éducation, santé, transports), des zones de développement économiques, plus généralement l’organisation territoriale soutenue par l’ensemble de politiques sur le peuplement. De plus, il est également important de prendre en compte la position de relais que ce territoire de l’Océanie occupe comme interface avec d’autres espaces (l’Hexagone, la Nouvelle Calédonie, l’Asie, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, le Canada, etc.), conjugué à son statut national ultra périphérique.

Pour ce faire, en collaboration avec l’Institut de statistique de la Polynésie française (ISPF), et à partir de la collecte de la première enquête quantitative sur l’ensemble des archipels portant sur la famille, le logement et les relations familiales à distance envisagée en 2019 qui complétera les données du recensement de 2017 ; mais aussi aux données de l’enquête Emploi  mise en place en 2018, et des enquêtes éducatives menées auprès de différentes populations scolarisées, nous proposons de décrire la mobilité, l’implantation des familles et leurs stratégies de déploiement territorial, de la co-résidence locale à l’expatriation internationale, de façon unique.

Fratries rurales et mandats parentaux de mobilité sociale. Qui part, qui reste ? - depuis 2015

L’enquête empirique est menée dans l’ouest de la France (Pays de Loire, Bretagne, Normandie) ; elle mobilise des entretiens qualitatifs longs auprès des membres de quelques cellules nucléaires ; elle est complétée par des traitements statistiques de données secondaires et d’enquêtes de l’INED, notamment. L’ambition de cette recherche est de contribuer aux analyses portant sur les phénomènes de reproduction sociale, saisies à travers une étude croisée de cas de familles, appartenant aux fractions stables des classes populaires et aux petites classes moyennes rurales, mobilisées scolairement. L’une des hypothèses centrales est que la famille fonctionne comme un système structuré de positions où se transmettent de façon verticale des représentations, des valeurs, des conduites et des dispositions, mais aussi des affects, inégalement répartis entre les membres d’une fratrie. A travers la reconstruction des trajectoires scolaires et résidentielles de ces derniers, sont analysés de façon relative les parcours accomplis comme les styles de vie de chacun. Elles sont également rapportées aux trajectoires parentales comme aux discours éducatifs parentaux, ce qui permet de mettre à jour les mandats parentaux différenciés qui ont cours dans ces familles. Les mobilités scolaires, professionnelles et résidentielles des enfants sont principalement questionnées, révélant les inégales positions occupées par les frères et sœurs dans les classements socio-affectifs parentaux.

Les déterminants familiaux des mobilités d’étudiants ruraux, Grand Ouest - depuis 2016

Cf. recherche précédente, la focale est ici mise sur les trajectoires résidentielles et scolaires d'étudiants d’origine rurale et populaire.

Éducation, population, territoires : trajectoires et inégalités - depuis 2017

Projet hébergé au sein de l’Unité Mobilité, Logement et Entourage de l’Ined, avec Joanie Cayouette-Remblière et Léonard Moulin, regroupant des travaux individuels et collectifs articulant questions éducatives et territoriales.

Voir notamment l'organisation de deux journées d'études :

Trajectoires enseignantes et étudiantes, dans le cadre du cycle  « Saisir les inégalités scolaires au prisme des territoires », Ined, 16 novembre 2017 et Comment se fabriquent des offres scolaires inégales ?, dans le cadre du cycle  « Saisir les inégalités scolaires au prisme des territoires », Cist-Ined, 27 mars 2017.

Femmes et engagements politiques et artistiques. Amérique Latine-France : regards croisés - 2013-2017.

Je coordonne avec une collègue civilisationniste, Samantha Faubert, ce projet collectif et interdisciplinaire (sociologie, histoire, littérature), qui regroupe six enseignantes-chercheures des universités rouennaise et havraise. Financé par la région, il se situe à l’interface des études de genre, de la sociologie du militantisme et de réflexions pluridisciplinaires relatives à la production artistique. Ont été organisés des journées d'études, séminaires et un ouvrage collectif est en cours de publication.

Voir notamment : Le genre de l’art. Femmes, politique et engagements artistiques. Université de Rouen, 9 novembre 2016.

Femmes et engagement : deux perspectives singulières. Catholicisme et extrême-droite. Université de Rouen, 3 juin 2015.

L’art est une arme de combat. Femmes latino-américaines et engagements politiques et artistiques. Université du Havre, 12-13 juin 2014.

Les déterminants géographiques et sociaux des orientations post-bac d’étudiants en Haute-Normandie - 2013-2015.

Cette recherche, interdisciplinaire (géographie, sociologie) s’est inscrite dans l'étude S-e-i-N-e/Grand Paris, qui bénéficiait d’un financement régional (2012-2015). Elle a été conduite avec Clarisse Didelon-Loiseau, en mettant en œuvre une méthodologie articulant des approches cartographique, quantitative (questionnaires) et qualitative (entretiens approfondis). Il s’est agi d’identifier et d’analyser les déterminants et contours de l’ancrage et/ou de la mobilité territoriale d’étudiants du supérieur, en s’intéressant à la manière dont ces derniers s’orientent pratiquement et se projettent subjectivement au sein de différents espaces - scolaires, professionnels et géographiques.

Identités et Appartenances face au Monde (IAM)- 2013.

Financée par le PRSH (Pôle de Recherche en Sciences Humaines) de l’université du Havre, il s'est agi d'un projet interdisciplinaire (géographie, aménagement, sociologie), dans lequel j’ai mené, avec Clarisse Didelon-Loiseau, une enquête exploratoire sur un corpus de 100 blogs de tourdumondistes, afin d’analyser les voyages et mises en récit d’hypermobiles.

Voir le séminaire « Questions de mondialisation » : Partir à travers le monde…. Dispositions et pratiques touristiques à l’ère mondialisée. Université de Rouen, 15 février 2013.

Thèse de doctorat « De l’exil au retour. Héritages familiaux et recompositions identitaires d’enfants de retornados chiliens » - Université Paris Diderot- URMIS - 2001-2007.

La thèse a mis au jour le surdéterminisme d’une « mémoire familiale de l’exil » dans les constructions identitaires et les choix résidentiels d’enfants de réfugiés et retornados, notamment en raison de la dimension traumatique de leur héritage. La recherche s’est basée sur une importante analyse documentaire, des entretiens qualitatifs (100), une approche ethnographique (observation participante en France, au Chili et en Grande-Bretagne)

Post-doctorat « Migrants argentins en Europe et candidats au départ de la migration du corralito » - Université Paris Diderot. 2009-2010. La recherche conduite dans le cadre du 7ème PCRD « Eurobroadmap » a été menée avec Pilar González-Bernaldo (ICT) en Argentine, en Espagne et en France autour des phénomènes migratoires et des modalités de transmission et d’appropriation d’un capital juridique hérité (nationalité européenne) dans les familles argentines d’origine européenne. Enquête qualitative (entretiens) et bibliographique. L’exploitation du matériau d’enquête a été poursuivie dans une réflexion plus générale autour des phénomènes de bi-nationalité, avec Karine Lamarche (CENS).

Sociologie du travail et des risques psychosociaux - en particulier à l'université

Sociologue-consultante au sein du Cabinet Technologia, j’ai mené pour celui-ci cinq recherches-actions, orientées sous l’angle de la prévention des risques psychosociaux, dans des entreprises très diverses en termes de taille et de secteur d’activités. Cette expérience a entraîné et alimenté une réflexion théorique sur les effets des changements organisationnels et des restructurations affectant le travail et les travailleurs universitaires. Cette réflexion a été menée collectivement au sein du CA de l’ASES (2013-2014) ainsi qu'avec Fanny Darbus et Romain Pudal (voir publications).

L’appréhension des risques mentaux au travail a également donné lieu à la coordination de la journée d'étude  Mal aux pattes à en pleurer. Santé au travail : dialogue de chercheurs et praticiens. Université du Havre, 4 octobre 2013.